top of page
  • Photo du rédacteurkipanga

Surveillance accrue des pratiques d'influence en ligne par l'Union Européenne



L'Union Européenne, à travers la Commission européenne, a récemment mené une vaste évaluation des activités en ligne de 576 personnalités influentes, dans le cadre d'une initiative de régulation baptisée « opération nettoyage ». Cette démarche vise à contrer les abus dans le domaine de l'influence commerciale en ligne.


La France se distingue positivement en Europe pour sa réglementation de l'influence commerciale. En juin 2023, elle a adopté une loi pionnière établissant des règles claires pour les activités d'influence, interdisant la promotion de certains produits et services, exigeant des divulgations transparentes de partenariats avec des marques, et mettant en place des pénalités pour les infractions. Cependant, malgré ces avancées, le secteur de l'influence commerciale, en pleine expansion et diversification, souffre encore d'un manque de régulation, particulièrement au niveau européen.


L'enquête de la Commission européenne, révélée le 14 février 2024, a scruté les contenus publiés par les influenceurs sur différentes plateformes sociales, révélant une application insuffisante des directives en matière de transparence publicitaire. Sur les 576 influenceurs examinés, 97 % avaient diffusé du contenu à des fins commerciales, mais seulement 20 % avaient clairement indiqué la nature publicitaire de leurs publications.


Cette opération "nettoyage" ambitionnait de vérifier le respect par les influenceurs des règles européennes de protection des consommateurs. Les résultats montrent une grande marge d'amélioration, avec une minorité d'influenceurs respectant pleinement les exigences de transparence. Malgré la présence de "bons élèves", une grande partie des influenceurs ne s'est pas conformée aux standards requis, avec des mentions floues ou insuffisantes concernant la nature publicitaire de leur contenu.


Face à ces manquements, la Commission européenne prévoit des actions ciblées. 358 des influenceurs étudiés feront l'objet d'enquêtes approfondies, notamment ceux promouvant des activités potentiellement nocives. L'UE s'engage à renforcer la législation pour assurer une équité numérique pour les consommateurs, soulignant l'importance d'une régulation adaptée à l'ère numérique et la nécessité pour les plateformes et les influenceurs de se conformer aux nouvelles normes établies par le Digital Services Act (DSA) prévu pour février 2024.

7 vues0 commentaire

Comments


  • Facebook Basic Black
  • LinkedIn - Black Circle
bottom of page